Revue de presse


«  Avec la disparition de son grand-père, Daniela De Felice ouvre le Libro Nero (2007) – le « livre noir », qui est en fait marron – d’un grand-père dont la tyrannie a fortement atteint sa grand-mère et sa mère. La voix de la cinéaste, les fragments du livre, quelques objets et images vidéos, des aquarelles tissent un récit où se répercutent les échos d’une mémoire familiale douloureuse.

Mais, par sa douceur entêtante et sa rage rentrée, Libro Nero vient en quelque sorte briser une lignée de violence, le film sonne comme une victoire, féminine. »

Arnaud Hèe Critikat