PRIX DU PAVILLON au Festival Coté COURT à Pantin

A travers le portrait de son grand-père et plus encore de sa mère dont elle assume l’histoire, Daniela de Felice compose un essai personnel sur le fascisme tel qu’il imprègne l’enfance et contamine le quotidien.